STREAMING HD             TELECHARGER

Vague d’ovni sur la Belgique Ufologie et témoignages (avec Patrick Ferryn et Gilles Munsch)

Vague d’ovni sur la Belgique un dossier exceptionnel

Ufologie et témoignages (avec Patrick Ferryn et Gilles Munsch)

Emission diffusée en 2006.

Vague d’OVNI sur la Belgique 1989-1991
Entre fin novembre 1989 et juin 1991, plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de nos concitoyens – y compris des gendarmes et des militaires – furent les témoins de phénomènes aériens hautement remarquables. On observa durant cette période, pratiquement chaque jour, de nombreux objets volants qui restent encore, à ce jour, non-identifiés (OVNI). Ces manifestations se déroulèrent dans tout le sud de la Belgique mais davantage encore dans la province de Liège.

Plusieurs journées ont été particulièrement riches en observations, ce fut le cas du 29 novembre 1989 avec 143 cas, le 11 décembre 1989 avec 24 cas, le 12 mars 1991 avec 26 cas.

Un portrait robot peut être établi car de nombreuses observations étaient très rapprochées des témoins, c’est-à-dire à des distances inférieures à 200m. Il s’agit d’objets aériens demeurant stationnaires ou évoluant lentement, parfois à faible altitude et souvent sans le moindre bruit. Ils étaient en général de forme triangulaire, d’envergure impressionnante (supérieure à 15m) et munis de grands «phares» (larges de plus d’un mètres), pouvant projeter des faisceaux lumineux très intenses vers le sol. Ils étaient également capables de réaliser des changements de cap très serrés et des accélérations fulgurantes. Cependant, ce portrait robot ne correspond pas à tous les objets observés. Il y eu une grande diversité tant dans les détails rapportés, qu’en terme de forme ou de taille.

Ce qui s’est passé a impliqué les autorités du pays: le Ministère de la Défense Nationale, la Force Aérienne belge, la Gendarmerie, la Régie des Voies Aériennes, des experts de l’Ecole Royale Militaire, etc. Des chercheurs indépendants, groupés au sein d’une asbl alors dénommée SOBEPS (Société Belge d’Etude des Phénomènes Spatiaux) ont effectué d’innombrables enquêtes auprès des témoins et sur les lieux des observations. Ils ont rassemblé une documentation considérable: environ 20.000 pages de documents divers, plus de 400 cassettes audio d’interviews par téléphone, quelque 600 rapports d’enquêtes circonstanciées sur le terrain, etc. Les résultats ont été présentés dans deux livres de 500 pages chacun («Vague d’OVNI sur la Belgique», Vol. I : «Un dossier exceptionnel», 1991, et Vol. II : «Une énigme non résolue», 1994). Les médias nationaux et internationaux ont parlé à de multiples occasions de ces surprenants événements. D’innombrables articles, reportages et émissions de télévision y ont été consacrés.

Au cours de ces dernières années, des détracteurs ont clamé que les témoins belges, s’ils avaient été de bonne foi, avaient cependant été abusés et victimes de méprises. Plusieurs causes furent invoquées, principalement des prototypes secrets américains (Loflyte, F117, Aurora, B2, etc) ou encore des ULM “fantômes”, des dirigeables hybrides de type expérimental ou des AWACS. La dernière hypothèse en date – lancée en 2008 par un groupe de sceptiques français et belges – fait appel à des hélicoptères de différents types, sans toutefois en apporter la preuve. Dans un cas, il s’agirait d’appareils ayant participé à des manoeuvres militaires, affirment ces sceptiques… Certes, il serait peu prudent de soutenir qu’un quelconque appareil conventionnel n’ait pas pu être à l’origine de l’une ou l’autre confusion.

Cependant, lorsqu’on se donne la peine de mettre le problème à plat sur la table, de s’en tenir aux témoignages et aux indices d’étrangetés fournis par les nombreux témoins d’observations particulièrement rapprochées, force est de constater qu’à ce jour (janvier 2011), les tentatives d’explications conventionnelles ne sont toujours pas satisfaisantes, en dépit des assertions répétées de certains.

 

 

le livre en PDF ICI

[80,1]

Vous aimerez aussi